RUPTURE DE STEAK

steak juteux

Cher Steak,

Lorsque je t’ai rencontré pour la première fois, j’étais jeune et naïve. Je ne connaissais rien d’autre et je croyais que tu pouvais m’apporter tout ce que j’attendais de la vie. Je suis vite devenue dépendante de toi, aveuglée par le goût de ta peau et subjuguée par ton parfum épicé. J’ai été influencée par mon entourage qui disait que tu étais celui qui devait absolument faire partie de ma vie, celui qui m’apporterait tout ce dont j’ai besoin et avec qui je vieillirais bien.

J’apprends maintenant que tout ça n’était qu’une illusion. Tu n’es pas aussi bon que tu prétends l’être. Tu t’es mis à ton avantage en me cachant ta vraie nature tout simplement pour que je te mange.  Avoir su d’où tu venais, jamais je ne t’aurais fait entrer dans ma maison, encore moins en moi. Je regrette de ne pas t’avoir connu avant, lorsque tu étais sans attache, libre, insouciant et adorable. J’aurais certainement voulu t’adopter dès le premier regard même si tu étais probablement le genre à sauter la clôture. Malheureusement certaines personnes t’ont transformé en l’être vachement trompeur que tu es maintenant.

Certes,  j’ai eu des moments de vrai bonheur en ta compagnie. Je te trouvais si appétissant, surtout quand tu étais un peu chaud. Je t’aimais. Tu faisais partie de mon quotidien depuis si longtemps. Je me rappellerai toujours nos étés BBQ , les soupers entre amis où tu t’amusais à faire saliver mes copines et toutes ces fois où elles m’ont dit qu’elles aimeraient s’en faire un comme toi…

Malheureusement, je m’ouvre enfin les yeux. Lorsque je te vois je ne vois plus face de boeufl’être suprême, mais bien ton vrai visage, celui d’une face de bœuf. Qui voudrait poser ses lèvres sur une face de bœuf?!

Je décide donc de tirer un trait sur notre histoire d’amour. Certaines personnes de mon entourage pensent que j’ai perdu la tête, que tu étais bon pour moi, que tu m’apportais tellement de bienfaits que je ne retrouverai jamais cela ailleurs. Pourtant je sais qu’ils se trompent. Tu n’es pas irremplaçable. Je m’en suis rendue compte en magasinant un peu… J’ai envie d’aller voir plus loin et voir ce que les autres peuvent m’apporter.

Mon entourage pourra tout de même te côtoyer s’ils le souhaitent, ils te vénèrent encore et croient que tu es meilleur que ce que tu ne l’es en réalité. Pour moi tu n’es maintenant plus que du passé.  Si tu veux aller les visiter quand j’y serai, ne te gêne pas, mais n’essaie pas de me charmer en te présentant sous différentes façades,  tu perdrais ton temps.

Je sais que sur du long terme tu n’aurais pas été bon pour moi, tu m’aurais rendue probablement malade, toi qui donnait si peu et demandais tellement au monde entier. Tu aurais fini par m’empêcher de respirer.

Je me sens mieux depuis que tu n’es plus dans ma vie et nos têtes à têtes le soir ne me manquent pas. Je cuisine avec d’autres  et je tente enfin de nouvelles expériences que je n’aurais jamais essayées avant.

Pour toutes ces raisons je te sors de ma vie. Tu peux retourner sur le marché. Je ne suis pas inquiète pour toi, tu sauras berner une autre personne en t’étalant sous ton meilleur jour, coupé au couteau comme tu l’es, faisant ton tendre qui rougit facilement. Tu es parfois épais et tu as souvent les nerfs à vif mais certaines personnes semblent aimer ça!

Ps : Ne vas pas penser que je t’écris cette lettre dans le but de te cuisiner! C’est la dernière chose que j’ai envie de faire crois-moi!

ADIEU STEAK

 

Image courtesy of Vichaya Kiatying-Angsulee & Mister GC/ FreeDigitalPhotos.net

Comments
  1. 3 années ago
  2. 3 années ago
    • 3 années ago
    • 3 années ago
  3. 3 années ago
    • 3 années ago
  4. 3 années ago
  5. 2 années ago
    • 2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Lire les articles précédents :
porc à l'abattoir
DANS LE COULOIR DE LA MORT : Témoignage d’une ex-inspectrice d’abattoir

  Cinq cents mises à mort à l’heure... Ici la mort n’a pas de fin, ni d'identité, elle n’a comme...

Fermer