image

Je suis une fan finie des animaux. Sauveuse de chats errants invétérée, « life guard » d’expérience pour insectes de piscine hors terre ;), grande gueule quand il s’agit de défendre la cause animale (il m’arrive de sortir les crocs), et carniste repentie. Qu’ils aient des plumes, des poils, 4 pattes ou deux, qu’ils nagent ou qu’ils sautent je les aime tous. Cet amour inconditionnel et sans distinction me destinait donc à finir par écrire ce blogue.

Toute petite déjà, je vouais une passion sans borne pour nos amis à poils et à plumes. Entourée de mes 10 hamsters, de ma gerboise Pixie, de mes lapins PinPin et PinePine, de mon cochon dinde Daisy, de ma chienne Miquette, de mes 2 tortues, de ma souris-mini et mes poissons rouges, je vivais dans un semblant d’Arche de Noé rebaptisée l’Arche d’Annick et j’étais très heureuse. Je vivais dans un bungalow de banlieue avec ma gang de bibites et bien sûr, puisqu’il restait encore quelques places, avec mon frère aîné et mes parents.

En bas-âge j’étais la risée à l’école et je vivais de l’intimidation constamment. J’étais la petite blondinette timide et artistique qui dessinait des livres pour animaux et qui ne vivait que pour eux. Mon réconfort je le trouvais au retour de l’école quand, parfois triste et impuissante face à mes camarades, je retrouvais mes vrais amis, mes animaux. Je trainerai probablement toute ma vie une dette envers eux, car disons-le, ils m’ont donné une raison de m’accrocher et  de garder espoir. Chaque soir j’allais m’occuper d’eux, je les soignais, je faisais rouler mes petits hamsters dans leur roue par terre à tour de rôle, j’organisais même des tirages pour des petites gâteries que je payais avec mon argent de poche. Bref, mon monde était bête de A à Z.

J’ai compris très jeune que les animaux étaient des êtres innocents et sans malice, chacun ayant leur propre personnalité. J’ai compris aussi très tôt qu’ils ne demandaient qu’à être aimés et protégés. Comme dans la cour d’école, ils ont aussi à vivre jour après pour le mépris des plus forts, des plus grands qu’eux-mêmes. Leur propre vie, leur propre souffle leur sont taxés dès la naissance. La différence entre eux et moi réside dans le fait qu’ils sont muets et moi non. Je peux parler en leur nom, et offrir ma voix afin que tous et chacun entendent leur douleur.

J’ai décidé d’écrire ce blogue pour vous informer de leur sort, des bien tristes faits qu’on tente de vous cacher depuis votre tout jeune âge, des faits qui font mal, qui font parfois pleurer, parfois remplir le cœur de haine mais des faits que vous DEVEZ SAVOIR!

Tout comme plusieurs d’entre vous, j’étais consciente qu’il fallait probablement que certains petits êtres payent de leur vie pour me nourrir et me vêtir. Bien qu’on ne m’ait pas appris que les steaks poussaient dans les arbres, on ne m’a jamais appris non plus comment ce steak arrivait dans mon assiette. De nature sensible et curieuse, je me suis intéressée très tôt à la condition animale. Je  me suis renseignée, j’ai lu, j’ai visionné des documentaires, des reportages…

Le fait de savoir ne rend pas meilleur, ni plus heureux. Au contraire. On ouvre les yeux sur un monde qu’on ne soupçonnait qu’à peine. On peut donner une signification au mot Enfer pour la première fois de sa vie. On vit des moments de colère, de tristesse, mais le sentiment le plus dur est probablement celui de l’impuissance de ne pouvoir jamais arrêter ce massacre quotidien sous nos yeux.

Comme Neo dans « La Matrice » j’ai choisi de voir, de savoir, car je pense que l’on doit au moins ça à ceux qui nous ont nourrit. La chose la plus difficile pour moi n’est pas de regarder ces vidéos terribles et sans pitié, mais bien de regarder par la suite tous ces visages d’hommes qui ne veulent pas voir. Il  n’y a maintenant plus de place pour une tête de plus dans le sable. Il est grand temps d’ouvrir nos yeux et de voir le monde tel qu’il est vraiment.

J’ai choisi de faire ma part, cela ne changera probablement pas le monde mais si l’un d’entre vous, un seul d’entre vous, fait le choix de cesser d’encourager cette cruauté alors ce site n’aura pas été fait en vain. Je vous informerai, je tenterai du mieux que je peux de ne pas tomber dans un discours trop moralisateur voir accusateur, j’y mêlerai humour au passage bien que la cause n’ait rien de drôle, je pense qu’entre deux larmes un sourire fait toujours du bien.

Je ne dirai pas la phrase facile « âmes sensibles s’abstenir ». J’ai plutôt envie de vous inviter massivement à ne surtout pas vous abstenir de lire ou
voir ce qui vous sautera aux yeux au fil de vos lectures. Après tout, l’ignorance est le chemin de la facilité qui prend d’innombrables vies au
passage…

Je vous demande une seule chose, au fil de vos lectures, essayez une seconde de vous placer à la place des animaux, d’imaginer que ce n’est pas lui mais VOUS.

N’oubliez-pas, quel que soit votre mode de vie, que vous soyez consommateurs de produits à base d’animaux ou non, sachez que ce site est ouvert à tous. L’empathie n’ayant pas de préjugés.

Vos commentaires seront appréciés, bonne lecture

Annick