« Dis maman… Pourquoi est-ce qu’on ne mange pas de viande? »

Je vais répondre à ta question mais tout d’abord je veux te raconter cette petite histoire.

Il était une fois des géants qui débarquèrent sur la terre. Ils ne voulurent pas chasser les humains de la planète, mais plutôt vivre avec nous. Chacun menait sa vie sans déranger l’autre. Ils étaient immenses, avaient 4 bras et des pieds à 8 orteils. Ils étaient tellement grands qu’on se sentait tout petit lorsque nous en apercevions un.

Nous étions parfois effrayés. Nous nous cachions du mieux que nous le pouvions dans nos maisons ou sous un arbre. Les géants étaient des créatures qui adoraient les fruits et les bonbons. Ils en dévoraient partout où ils passaient et s’emplissaient le bedon de toutes les bonnes choses que leurs grandes bouches réclamaient. Un jour, un géant vit un petit enfant seul dans la rue. Il semblait errant, perdu. Le géant affamé, plutôt que de vouloir le protéger et lui donner un toit, en prit une bouchée.

Miam… il est bon ce gamin!, se dit-il alors.

Le géant décida que dorénavant, il mangerait la même chose que nous : des fruits, des légumes, des noix , des bonbons et en plus il ajouterait à son menu de la chair de petit garçon. Comme c’était bon!

Le problème empira lorsque les autres géants qui découvrirent le menu festif de notre ami, voulurent eux aussi goûter aux petits humains. Les géants prirent le contrôle de la ville, du monde et tous ensemble se mirent à chasser tout humain qui passait devant eux.

Ils étaient si fiers, ils avaient des armes, des grandes mains pour les capturer et tout ce qui fallait pour leur faire peur. Ils étaient grands, forts, plus que leurs petites victimes. Les petits humains étaient terrorisés. Ils savaient bien que le combat était perdu d’avance. Les géants avaient pris le pouvoir de leur ville, de leur  vie. Même si les petits humains criaient et essayaient d’expliquer aux géants que ça leur faisaient mal se faire croquer, ça ne changeait rien. Les géants qui ne parlaient pas le même langage, ne se souciaient pas de leurs cris et leurs supplications.

Un jour, les géants en eurent assez de les entendre gémir sans cesse alors ils décidèrent que ce serait plus simple de les regrouper dans des édifices sombres et isolés. En plus, ça leur permettrait de produire de plus en plus de petits humains en batterie et ainsi, d’en avoir toujours à portée de mains.

Les géants prirent alors deux races d’humains différentes et créa une nouvelle lignée d’êtres bien dodus, plus appétissants et surtout pas trop tannants! Ils rassemblèrent les humains femelles et ils les enfermèrent dans de toutes petites cages en prenant bien soin de les inséminer pour qu’elles produisent des bébés humains. On dégusterait ensuite le nouveau-né tout frétillant dans un restaurant chic de la ville.

Dans un bâtiment, les géants entassèrent des centaines et même des milliers d’humains et les laissèrent prisonniers de petites cages métalliques qui leurs causaient de vilaines blessures car ils étaient trop à l’étroit. On les battait pour le plaisir, on les électrocutait s’ils n’écoutaient pas et jamais on ne leur donnait le moindre bisou et le moindre câlin de toute leur existence.

Les humains n’étaient plus des humains, mais bien des steak en devenir. Ils avaient beau crier, pleurer, appeler au secours, personne ne les écoutait. On faisait semblant de ne pas les entendre… Les géants leur donnèrent beaucoup de nourriture et de médicaments pour les rendre très très gros et pouvoir les manger plus vite. Une fois bien  dodus, ils prirent les humains et les coupèrent en morceaux pour en faire des hamburger, des croquettes, des « hot dogs » etc… Quand aux femelles humaines enfermées, lorsque leurs petits venaient au monde on les leurs enlevaient monstrueusement en prenant soin d’ignorer leurs cris :

Rendez-moi mon enfant!!

Les géants se fichaient bien d’elles, elles ne servaient qu’à avoir les mamelles pleins de lait pour nourrir les géants. Les géants allaient prendre ses petits au moins 10 fois dans sa vie, peu importe le cri du bébé ou de la maman.

Ils gardèrent les petits humains nouveau-nés dans des cages sans possibilité pour eux de plier leurs petites jambes ni de se retourner pour mieux dormir, car selon les géants il ne fallait surtout pas que leur peau devienne trop ferme, elle serait alors moins facile à mastiquer…

Le petit bébé passa 4 mois ainsi avant qu’on vienne enfin le chercher pour le tuer et le mettre dans l’assiette d’autres géants. Les géants allaient au restaurant certains soirs et se commandaient une côte levée de gamin ou bien une cuisse dodue de nouveau-né avec un verre de lait de maman humaine.

Les géants pouvaient trouver des petits humains partout dans la ville. Les épiceries devinrent des étalages de bras humains, d’épaules de mexicain, de rognons de femme dodue ou de langues d’asiatiques dans le vinaigre! Pour Noël, on servait un humain rôti par pure tradition! L’été, on servait un humain en méchoui sur le BBQ avec une pomme dans la bouche, la tête, les jambes, les pieds, tout! Les géants pouvaient même aller commander directement au géant boucher un morceau de jambe, un pied, des doigts… Tout était possible! Le boucher le leur remettait avec un grand sourire en leur demandant poliment au préalable s’ils préféraient le pied maigre, medium ou bien gras! Car les géants avaient des goûts bien distincts. Certains aimaient l’humain bien cuit, d’autres bien cru, presque bleu. Certains aimaient les bras de blancs, d’autres juste les poitrines de femelles. Sur les panneaux publicitaires on pouvait voir un géant avec la bouche grande ouverte mangeant un burger au foie de bébé avec le slogan:

Manger l’humain c’est bon parce que votre corps a besoin de protéines!

D’autres humains plus poilus que les autres finissaient eux aussi morts torturés pour que les géants puissent se faire de beaux manteaux avec leurs poils. Les humains qui démontraient des signes d’intelligence hors du commun servaient quant à eux aux docteurs géants qui cherchaient des remèdes pour les géants malades. On les torturait et on les privait de liberté, soi-disant pour faire avancer la science. Les humains les plus dociles servaient quant à eux à faire rire le public lorsque les géants de cirque passaient en ville pour divertir les mini-géants. On les dressait à faire des tours inimaginables! Mais, pour y arriver, il fallait les priver de nourriture, les piquer avec des lances, les électrocuter ou encore les attacher jusqu’à ce qu’ils finissent par obtempérer aux ordres.

Les humains de cirque détestaient qu’on leur fasse faire des tours, mais ils savaient que s’ils n’obéissaient pas, les géants les frapperaient encore et encore… Les petits humains de cirque se demandaient bien pourquoi les mini-géants riaient et étaient si amusés par leur misérable condition.

Les routes du monde entier étaient remplies de camions gris et sinistres, bourrés d’humains entassés les uns sur les autres et déshydratés en route pour l’abattoir où ils allaient se faire tuer par milliards chaque année… Les géants trouvaient bien normal de voir ces nez d’homme tenter de respirer par le petit espace ouvert du camion.

L’humain essayait de faire des signes de mains, des yeux tristes mais aucun géant ne faisait rien. Ils détournaient tout de suite le regard, pensant déjà au bras juteux de petit humain qu’ils feraient griller sur le BBQ pour souper!

Heureusement il y avait quelques petits humains que les géants épargnaient. Ils étaient plus attachants que les autres et plus mignons. Les géants les gardaient dans la maison comme humain de compagnie. Ils les caressaient le soir en revenant du restaurant où ils venaient de déguster un bon repas de gigot indien. Les géants voulaient à tout prix protéger ces petits humains tous trognons! Ils auraient pu mettre en prison un géant qui leur aurait fait du mal.

Bien sûr, les géants ne prirent jamais le temps de réfléchir à la question la plus importante! Pourquoi les mignons on pouvait les protéger et les moins mignons les manger???

Autrefois, la terre était destinée aux humains et aux géants. Chacun avait sa place mais vint un temps où le sort des petits humains fut entre les mains des plus grands qu’eux. Heureusement, certains géants constatèrent que tout cela n’avait aucun sens.

Comment pouvait-on manger de l’humain mort? se disaient-ils.

Est-ce que moi j’aimerais être à sa place, là dans sa petite cage, apeuré et attendant juste la mort sur ces deux grands pieds s’avançant vers moi? Évidemment ces géants qui pensaient un peu trop étaient vus comme des étranges, des gens aux idées extrêmes. Les géants normaux ne les comprenaient pas. Pourtant ces géants penseurs trouvaient bien plus bizarre qu’on puisse manger un bras d’humain et se remplir le bedon de veines et de muscles d’un autre être vivant…

Tous les petits humains vécurent donc malheureux et eurent beaucoup d’enfants… qu’on mangea les uns après les autres…

Mais quelle histoire effrayante! Heureusement que ce n’est qu’un conte inventé maman!

Pourtant… Il suffit de remplacer le terme « HUMAIN » par « ANIMAUX » et ça fait de ce conte une histoire bien réelle…   Voyez ce petit vidéo, il vous fera sourire, c’est là que la phrase « la vérité sort de la bouche des enfants » prend tout son sens …

Image courtesy of Jo-Anne McArthur / WeAnimals.org

Comments
  1. 2 années ago
  2. 2 années ago
    • 2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Lire les articles précédents :
carnivore ko
METTRE K.O. UN CARNIVORE

Lorsqu'on se tourne vers un nouveau mode de vie sans cruauté, on a souvent besoin de remettre les pendules à...

Fermer