L’INDUSTRIE PORCINE

 

tristesse de l'industrie porcineL’industrie du porc fait la fierté des Québécois. Pourtant, si on cherche de la souffrance à l’état brut, c’est bien dans cette industrie qu’on en trouvera. Il n’y a vraiment pas de quoi être fiers…

 

Les truies reproductrices

Les  1 440 000 truies destinées à la reproduction au Canada, passeront toute leur misérable vie dans une cage minuscule d’environ 60 cm de largeur à peine plus large que leur corps! Elles auront tout juste assez d’espace pour faire un pas en avant et un en arrière, sans possibilité de se retourner. La truie destinée à être seulement une usine à viande  fera ses besoins, mangera et boira au même endroit sans possibilité de sociabiliser avec ses pairs.

Elle vivra  ce cauchemar durant 2 à 3 ans avant de finir en bacon dans votre assiette… vie de cochon

La truie gestante passe en moyenne 100 jours dans cette stalle de gestation, pour être ensuite transférée dans la cage de mise-bas. Le trajet à pied prévu pour le transfert de logis sera malheureusement sa seule occasion de pouvoir bouger un peu. Elle restera ensuite dans sa nouvelle cage, sur un sol de béton, où elle allaitera ses petits durant environ 28 jours  à travers des barreaux métalliques. Elle ne pourra jamais lécher ou renifler ses petits, étant couchée sur le côté sans espace pour se retourner. Imaginez une seconde que vous êtes une femme et qu’à la naissance de votre enfant on vous empêche un contact direct avec votre petit… Cette souffrance, la truie l’endurera 5 ou 6 fois au cours de sa triste existence.

Les blessures dues au confinement sont monnaie courante. Les truies présentent très souvent des blessures pieds, aux os ainsi que plusieurs écorchures à force de se frotter contre les barreaux étroits de sa cage. Elles souffrent très souvent d’infections urinaires, de plaies, de torsions de l’estomac et d’ulcères. Leur profond mal-être se traduit fréquemment en  pathologies psychologies tel que les stéréotypies (comportements anormaux répétés et sans utilité), le mâchonnement des barreaux ou encore le mâchonnement à vide ou l’enroulement de la langue. Cette vie de privation, étalée sur des années est d’une injustice et d’une cruauté sans nom.

Une vie pas plus rose pour les mâles..

Les bébés porcelets sont divisés selon leur sexe. Les femelles deviendront pour la plupart des truies reproductrices comme leur  mère et les mâle seront envoyés à l’engraissement pour la viande. Ils y resteront durant 6 mois avant de finir  à l’abattoir. Ils seront parqués dans des enclos collés les uns sur les autres dans un véritable chaos social. Puisque les porcs deviennent agressifs en raison de leur confinement, les éleveurs ont décidé d’empêcher les blessures de façon drastiques et abominables:

Seulement quelques jours après sa naissance, le bébé cochon mâle sera castré (pour enlever le goût d’urine que le consommateur n’aimerait pas), on lui taillera les dents (pour éviter qu’il ne mange la queue d’un de ses congénères), on lui coupera la queue et vous savez la meilleure? Le tout se fera sans anesthésie ni analgésiques!! Chaque fois que vous mangerez un sandwich au jambon, vous cautionnez malheureusement ces pratiques barbares dignes des pires films d’horreur version animaux…

Mangeriez-vous un enfant de 3 ans ?

Anatomiquement parlant, le porc est l’animal dont la physiologie ressemble le plus à la nôtre. Leur peau est similaire et peut elle aussi être sujette aux coups de soleil. Remarquez aussi leurs yeux, comme ils ressemblent à des yeux humains…

Les porc sont aussi des animaux très intelligents. Ils peuvent jouer et ramener une balle, apprendre une leçon et s’en souvenir durant 3 ans! Ils arrivent à se reconnaître dans un miroir et possèdent une conscience d’eux-mêmes. On peut élever un cochon comme un chien! Ils aiment recevoir de l’affection, se faire gratter le bedon, se faire flatter et adorent jouer.

Kenneth Kephart, un professeur de l’université de Pennsylvanie, rapporte que les cochons peuvent soulever un loquet pour sortir de leur enclos et s’y mettent parfois à deux pour y parvenir et vont même jusqu’à ouvrir l’enclos des autres cochons pour les libérer!. Le professeur Stanley Curtis, de la même université, a appris à des porcs à jouer à un jeu vidéo en se servant d’une manette adaptée à leur groin. Les porcs arrivaient non seulement à jouer mais y parvenaient encore plus rapidement qu’un chien dressé et aussi vite qu’un chimpanzé! *

On sait maintenant que le cochon est un animal doté d’une intelligence plus grande qu’un chien ou un chat et comparable à celle d’un enfant de 3 ans. Accepterions-nous un tel traitement pour ces derniers? Si nous verrions un enfant de 3 ans ou un chien confinés dans une cage de l’horreur comme celle-ci, ne crierions nous pas au scandale?  Alors pourquoi s’obstiner à manger du bacon pour déjeuner ??

Visionnez ce court vidéo québécois pour voir de vos propres yeux:

 

 

Les porcheries causent en plus des dommages considérables à l’environnement. Pour en savoir plus sur cette industrie où l’argent passe avant le bien-être des hommes et des animaux, visionnez ce vidéo :

 

Images courtoisie de animaux.L214.com

* Source : Plaidoyer pour les animaux ,Matthieu Ricard, Éditions Allary P.141-142

Comments
  1. 2 années ago
  2. 2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Lire les articles précédents :
vivre et laisser vivre
Vivre et laisser vivre!

Fermer